referencement googlePhobie sociale 11/01/2010

La peur nous pousse et nous retranche
Dans la prison qui nous contient,
L'anonymat du quotidien
Est rassurant comme un dimanche.

Ne pas parler aux inconnus,
Ne pas parler aux étrangers,
Il ne faut pas les déranger,
Nous t'avions pourtant prévenu.

Nous sommes des gens civilisés
Alors nous vivons en silence
Sous la cloison de l'ignorance
Par le mutisme banalisé.

La fine paroi de nos vies
N'est pas opaque aux assaillants,
Mais elle se bloque en bégayant
De viles excuses à mon avis.

Quand le climat se fait amer
Nous relâchons nos remontrances
Comme de vaines pénitences
Sur l'abstraction de nos chimères.

Nous partons pour mieux revenir
En quittant la monotonie,
Rompons enfin avec l'ennui
D'une triste vie sans devenir.

Je ne veux plus vous décevoir,
Vous ne me reverrez jamais
C'est du moins ce que j'affirmais
Lorsque j'étais venu vous voir.

Par l'artifice de nos songes
Nous pensons bien nous en sortir,
Nous faisons de nous des martyrs
Formulant de savants mensonges.

Ajouter un commentaire sur Phobie sociale


Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire limité à 300 caractères :


six moins six = (valeur numérique)



Dernier texte

L'Ivresse Démoniaque

Le silence est stressant quand la nuit nous avale Dans sa bouche béante aux odeurs animales Où le...

Dernier commentaire

Le 28/08/2018 Li a laissé un commentaire sur:

Japanese and Goddess

chanson du moment

Connection

Pseudo
Mot de passe

Développé par Noyan Ramilée